Cliquez nous ♥



Contextualisons o/
www.love-communication.com est le site de rencontre le plus célèbre à travers la toile. Bien que crée depuis peu, il a vu sa popularité augmenter au fil des mois, devant le leader dans son genre.
Le principe est simple. Une inscription rapide et gratuite et on est connecté à toute une communauté de personnes qui ne cherchent qu'à faire des rencontres, amoureuses pour la plupart, mais pas que ! Une des particularité de ce site est bien sa multiple possibilité de recherche, ici plus d'homme qui cherche une femme ou une femme qui cherche un homme, toutes les combinaisons sont possibles !
De plus en plus, ce site devient un phénomène de société, ne se limitant pas aux célibataires aguéris, mais à toutes les castes de la société, de l'adolescent pour contacter ses amis à ce père de famille en mission espionnage des membres de sa famille...
Soyez branchés et rejoignez notre communauté !

En lire plus ?
• Forum RPG Yaoi/Yuri/Hétéro autorisés, NC-15 •
THE Dream Team *parce-qu'on vend du rêve*
Les Top-Partenaires
➨ V2 du forum mise en place, venez vous renseigner sur ce qui a changé en détail ICI o/
Prédéfini cherche membre ♫



 


Partagez | 
 

 Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité

Love Informations


MessageSujet: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Mer 28 Mar - 11:36

Ce cher Valen. Déjà réveillé à six heures du matin. A passer des coups de fils à des gens plus ou moins importants. Evidemment, tout ne touche qu'au travail. Au travail et à l'argent. Il faut bien gérer cette compagnie, même si il n'est pas seul pour le faire. Et puis, comme il n'est pas chez lui, il s'occupe des hôtels implantés ici, à Eldytown. Et accessoirement, aux petits trafics qui lui rapportent gros. Ces jeunes, ces vieux, tous des camés. Heureusement qu'il n'y touchait pas, lui. Ce n'était pas vraiment son truc de se piquer ou de "sniffer". Lui, ce qui le faisait planer, c'était l'argent. Et vendre des armes et de la drogue, ça lui en rapportait pas mal.
Ca lui faisait penser que vraiment n'importe qui pouvait tomber dans le cercle vicieux des addictions. Même les gens de la Haute Société. Il repensait à ce jeune O'Donnell qui avait sombré dans la dépendance, et terni la réputation de sa famille soit dit en passant. Il l'avait déjà aperçu et entendu parler de lui, alors qu'il était encore assez jeune. Et déjà là, il ne faisait pas preuve d'un grand intérêt pour tout ce qu'il possédait.
C'était en regardant son répertoire qu'il avait revu son numéro. Il trouvait cela dommage. Un si beau jeune homme. Il aurait pu avoir un grand avenir devant lui. Mais qu'importe. Si ça avait été le cas, peut-être lui aurait-il pris de l'argent sur le marché, et surtout il ne serait pas un de ses clients. En effet, il avait tout fait pour devenir son fournisseur, après qu'il ait entendu parler de son "bannissement". Il avait attendu qu'il sorte de son centre, pour en apprendre plus sur lui. Sa forte dépendance et son "m'en foutisme" envers ses parents lui plaisait. Il pourrait peut-être tirer quelque chose de ce gamin. Il l'avait senti. C'est pourquoi il avait légèrement fait baisser le prix de sa drogue pour attirer le jeune Ezekiel. Il avait essayé d'en apprendre plus sur lui. Et grâce à ses contacts, il avait appris qu'il vivait tant bien que mal dans un appartement, et qu'il cherchait du travail.
Et c'est à ce moment là que Valen décida de le rencontrer. Il fit lui même la vente, sans vraiment se présenter. Il lui avait juste dit qu'il était le "grand patron", en quelques sortes. Ils avaient un peu discuté, puis il lui avait laissé son numéro. C'est que le jeune était intéressant. Et en cet instant, Valen voulait lui donner rendez-vous. Il souhaitait lui soumettre une proposition, qu'il était sûr maintenant qu'il accepterait - et qui n'était de toute manière pas refusable.

L'homme commença donc à écrire un message : "Rendez-vous au Parc le plus important de la ville, près de l'aire de jeux à 13h." Sobre, pas compliqué. Ca sonnait un peu comme un ordre - et c'était un peu le cas - mais accompagner le message de "bien ?" ou de "A+" n'irait pas non plus. Pas besoin de fleurir tout ça. Il espérait juste qu'il soit à l'heure. Il lui envoya donc, alors qu'il était neuf heures du matin. Il se demandait s'il dormait encore à cette heure-ci. Il haussa les épaules, et retourna donc à ses occupations matinales.

Un peu avant l'heure du rendez-vous avec le jeune O'Donnell, il prit contact avec un de ses dealers, histoire de récupérer la drogue dont avait besoin son client. Il préférait faire la transaction lui-même, bien que cela ne soit pas son genre. Puis il se fit conduire au parc où il décida de marcher seul, sans escorte. Il était vêtu d'une belle chemise rouge, ornée d'une cravate noire qui devait elle aussi coûter la peau des fesses. Sa veste et son pantalon étaient blancs, ses belles chaussures noires faisant contrastes. Ses cheveux blonds virevoltaient avec la légère brise et au gré de ses pas. Et ses fidèles lunettes le protégeait du moindre rayon, et lui donnait un style qu'il appréciait.
Arrivé à l'aire de jeux, quelques minutes en avance, il s'assit sur un banc, et observait les enfants jouer. Ca lui rappelait son fils, qui était en ce moment chez cette femme ennuyeuse. Il poussa un léger soupir, et quitta bien vite cette nostalgie pour guetter l'arrivée de son client.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 105
Age : 28
Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Mer 28 Mar - 12:55

« Ezou... Réveille-toi, t'as eu un message ce matin. »

Le blondinet grogna, fourrant sa tête dans son oreiller. Il avait mal à la tête, comme tout les matins quand on le forçait à sortir du lit. Enfin ça, c'était au manoir. Maintenant qu'il avait son studio, il n'avait plus de raison de se lever tôt. Généralement, il était dans les quinze heures quand il émergeait, étant donné qu'il se couchait après les six heures du matin, parfois plus tard encore. Aussi, rien qu'en vue de son état de fatigue, il en concluait qu'il n'était pas quinze heures mais bien plus tôt. Et puis... A qui appartenait cette voix et d'où venait cette odeur ? Ezekiel se releva brusquement, ne manquant pas de se fracasser le crâne sur le menton de l'inconnu. Il laissa échapper un cri de douleur tandis que des étoiles dansaient joyeusement devant ses yeux. Les larmes aux yeux, il tenta de voir qui était la personne présente dans l'appartement et il lui fallut plusieurs secondes pour que sa vision trouble se dissipe.

« Merde c'est quoi ce délire ! T'es qui toi d'abord ? »

Il regretta presque aussitôt ses paroles. Ou pas, en fait. Son esprit embrumé avait du mal à se souvenir de ce qu'il avait fait de sa soirée. Mais lorsqu'il vit ce beau petit Apollon face à lui, il comprit. Et merde. Pourquoi l'avait-il amené chez lui ? Il était tellement à la dèche qu'il n'avait pas pu aller à l'hôtel ou quoi ? C'était l'impression qu'il avait... Son compte bancaire commençait sérieusement à virer dans le rouge et il fallait absolument qu'il trouve un taf' s'il voulait que le propriétaire lui lâche la grappe. Le type -dont Ez' ne se souvenait absolument pas du prénom- le regarda avec un air ahuri, comme s'il était blessée par les paroles de son amant d'un soir. Le regard du blondinet s'attarda sur la gazinière et découvrit d'où venait l'étrange odeur. Des œufs brouillés. L'incompréhension du locataire s'afficha sur son faciès alors qu'il cherchait des explications qui tardèrent à son goût à venir.

« Je pensais que t'aurais faim au réveil. »

Pas vraiment, il avait plutôt envie de vomir. Il grimaça alors qu'il s'extrayait des couvertures, non surpris de constater qu'il était nu. Il poussa un juron avant de chercher un boxer dans la commode et de se lever pour jauger les dégâts du regard. Apparemment, ils s'étaient juste contentés de se diriger directement vers le lit, le seul endroit qui les intéressaient vraiment. Mais pourquoi le type était resté, c'était un mystère. Ez' bailla à s'en décrocher la mâchoire et passa avec nonchalance sa main dans ses cheveux. Galère. Maintenant, il pouvait plus vraiment envoyé balader ce mec aussi facilement étant donné qu'il savait où il vivait. Shit. L'alcool et la drogue avaient vraiment fait merder sa soirée, même si la nuit de folie lui avait paru génial. Sa conquête avait été performante et il aurait peut-être aimé le revoir pour remettre ça... Un jour. Mais pas aujourd'hui et il n'avait surement pas envie de l'avoir dans les pattes.

La meilleure chose à faire était de le foutre à la porte, chose que fit le jeune O'Donnell. Il ne passa pas par quatre chemins ; t'étais qu'un plan cul et basta, tu te barres maintenant. L'autre sembla outré, balança la poêle à travers la pièce et promis de se venger, qu'il lui en voulait à mort d'avoir jouer avec ses sentiments et blah blah blah. Le discours habituel quoi. Ez' n'y porta pas attention et lorsque l'autre se trouva dans le couloir, claqua la porte et la ferma à clé, au cas où si l'autre aurait l'idée d'essayer d'entrer pour finir de déblatérer toutes ses conneries. Le blond se dirigea vers la salle de bain afin de prendre une bonne douche dans le but de le sortir de son commatage intensif. Le contact de l'eau l'aida à émerger et il passa un petit temps devant la glace. Avec les cernes qu'il avait et le teint cadavérique qu'il affichait, il aurait du mal à faire bonne figure devant un employeur. Merde. Il poussa un soupir, se rappelant soudainement pourquoi il avait été réveillé. Au passage, il jeta un œil sur l'horloge ; midi et demi. Rapidement, il lut le message, ses sourcils se fronçant à la vu de l'expéditeur. Était-ce une bonne idée d'y aller ? Au point où il était... Autant y aller plutôt que de se prendre la tête. Il enfila un jean délavé et troué, une chemise noire et plaça ses lunettes de soleil sur son nez pour dissimuler ses yeux injectés de sang. De toute façon, il n'arriverait pas à se rendormir.

Il ne savait pas trop s'il serait à l'heure. Il n'y fit pas vraiment attention, profitant plutôt du soleil pour se réchauffer un peu. Il regrettait de ne pas avoir pris de veste, lui qui généralement n'était pas frileux pour un sou. Mais bref. Il ne tarda pas à entrer dans le parc, une cigarette au bec. Il trouva facilement l'air de jeu et il ne lui fut pas difficile de trouver en même temps l'homme qui lui avait donné rendez-vous. Avec son costard blanc, il était difficile de le manquer. Le blondinet se demandait bien ce qu'il lui voulait vraiment et il ignorait s'il devait s'inquiéter ou non. Quel meilleur moyen pour savoir que d'aller vers lui et de lui demander, non ? Il poussa un soupir, se dirigeant d'un pas dédaigneux vers le banc. Il s'y laissa tomber, continuant à fumer sa clope. Son regard s'attarder sur les enfants en train de jouer et il poussa un soupir.


« C'est pourquoi ce rendez-vous ? »

Autant demander directement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Mer 28 Mar - 15:48

Toujours assis sur le banc, il tentait de ne pas penser à Kaiss. Ce n'était pas le moment. Sinon il allait finir en colère, car les pensées de cette femme allaient revenir le hanter. Heureusement que, neuf minutes - quelle audace - après l'heure qu'il lui avait indiquée, son client était arrivé. Il connaissait son visage, il n'eût donc pas trop à chercher. De plus, il s'était dirigé vers lui. D'un pas bien nonchalant. On aurait dit qu'il venait de se lever.
Quand il fût assez proche, Valen ne put s'empêcher de retenir le dédain qu'il ressentait pour lui en cet instant. Comment osait-il se présenter à lui dans une tenue pareille - si on pouvait encore appeler cette dégaine une tenue. Mais bon, c'était le genre du gamin. Ce n'était pas trop grave pour le moment. Même si son attitude désintéressée commençait à lui faire regretter de l'avoir appelé. Il prit cependant sur lui, éloignant la fumée de la cigarette d'un geste de la main.

"J'aime ta manière de ne pas tourner autour du pot." lui répondit-il, calmement, ne comptant pas faire trop de détours lui non plus, même s'il aimait ça. "Si je t'ai fait venir, c'est pour te proposer un marché."

Il n'attendit pas plus de réaction de sa part, et reprit, de sa voix grave et profonde:

"Je sais que tu cherches un travail, et je suis en mesure de t'en donner un. Ce n'est cependant pas un boulot sans risques, si tu vois où je veux en venir. Mais le salaire est plutôt conséquent. Etant toi-même client, tu devrais pouvoir dénicher d'autres gens "dans le besoin" plus facilement."

Ses lèvres s'étirèrent en un long sourire, tandis qu'il fixait le jeune homme du coin de l'oeil. Il pensait qu'il aurait compris quel genre de travail il lui proposait, au vu des sous-entendus qu'il venait de faire. De plus, ce n'était pas un garçon stupide, loin de là.
Il croisa ses jambes, et fixa le ciel un instant. Puis il se rappela qu'il avait encore la drogue du gamin. Il passa donc sa main dans la poche intérieure gauche de sa veste, et en sortit un joli petit paquet cadeau, dont la forme évoquait les boîtes à bijoux, orné d'un joli petit ruban. De loin, on aurait pu croire à un père qui donne son cadeau d'anniversaire à son fils. Même si la réalité était tout autre.
Il lui tendit donc le petit paquet.

"Disons que c'est un cadeau de bienvenu."

Tant de viles intentions derrière ce petit paquet, qu'il ne vaut mieux pas évoquer ici.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 105
Age : 28
Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Jeu 29 Mar - 9:29

Jouer sur les apparences ne lui avait jamais plus, malgré les ordres de son père. Marche droit, tiens-toi droit, habile-toi correctement... Va te faire foutre le vieux. Ez' avait depuis longtemps décidé qu'il ferait comme il voulait, qu'il adopterait le style vestimentaire de son choix et que s'il voulait finir sa vie avec le dos vouté, c'était son problème. Il ne regrettait pas ses fichus gala pour faire savoir aux autres riches que sa famille était friquée ; d'ailleurs, en parlant de ses soirées, il avait souvenir d'y avoir rencontré cet homme, un jour. Enfin, apercevoir au milieu de la foule serait plus correcte. Il fallait dire qu'il se moquait de ses soirs où il fallait se tenir convenablement. S'il ne mettait pas le souk, il s'échappait tôt ou tard pour aller à l'abri des regards et se fumer quelques cigarettes. Il se demandait d'ailleurs pourquoi ce type semblait s'intéresser à lui. Cela n'annonçait rien qui vaille... Mais il n'était plus à ça près. Il avait déjà évoqué mentalement la possibilité de devenir gigolo de luxe donc, il n'avait pas vraiment de souci à se faire. L'illégalité lui faisait pas peur, loin de là.

La clope ne paraissait pas lui plaire, surtout son odeur. Le blondinet arqua néanmoins un sourcil, se demandant s'il devait le remercier pour ce semblant de compliment. Il était direct oui, il l'avait toujours été. C'était un trait de son caractère qui était parfois apprécié, parfois détesté. Ça dépendait des personnes. Son attention fut happée par l'apparition d'un marché... Qui ne devait surement pas être en rapport avec les hôtels de luxe, ça, le jeune O'Donnell l'avait bien compris. Il se mordit la lèvre inférieure, attendant patiemment d'apprendre quel pouvait ce marché et s'il pouvait s'y engager. Il ne fut pas surpris qu'il soit au courant de sa recherche d'emploi ; il devinait aisément qu'il avait fait des recherches sur lui pour en apprendre davantage sur sa vie de débauche. Ça ne le dérangeait pas plus que ça, il n'avait pas honte de ce qu'il était. Et puis, c'était aussi grâce à Valen qu'Ez' avait craqué face à la drogue.


« Je vois... »

C'était comme s'il l'avait vu venir de loin. Son souhait de se remettre à la vente avait été exaucé... Mais il se demandait si cela en valait le coup. La première fois, il l'avait fait simplement pour énerver son père. Aujourd'hui, il le ferait pour vivre. Est-ce que c'était ça, vendre son âme au diable ? Sans le moindre doute. Il eut un léger sourire nerveux alors que son regard se baladait sur l'air de jeu. Les enfants s'amusaient, s'esclaffant bruyamment et joyeusement. Il était très loin de ce temps où l'innocence primait. De toute manière, il n'était pas resté innocent très longtemps.
Il finit sa cigarette, la laissant tomber entre ses jambes et l'écrasant avec son talon. Inutile de mettre le feu au parc. Il tourna son regard, se posant sur le paquet. Il n'était pas difficile de comprendre ce qu'il contenait et la tentation fut d'autant plus forte. Il se faisait manipuler, il le savait. Mais avait-il vraiment le choix ? Il savait qu'il n'arriverait pas à trouver du boulot, même s'il avait pensé que l'idée de devenir serveur avait été possible. Mais vivre dans le monde des « gentils », c'était pas son truc. Il était accroc à la drogue, à la luxure et à l'alcool. Ce n'était pas ce qui régissait le monde des gens honnêtes, mais le monde auquel il appartenait. Après un temps d'hésitation, il accepta l'offre. Autant s'enfoncer davantage dans les ténèbres.


« C'est vraiment pour moi ou c'est plus pour vendre ? »

Il espérait que c'était la première solution. Ses mains tremblaient légèrement face à l'envie, mais il tient bon. Il savait néanmoins que les signes de manque ne tarderaient pas à se manifester tant il consommait... Il devrait peut-être apprendre à se calmer, un jour. Réduire un peu ses doses. Mais, maintenant qu'il avait un « job » bien payé, il n'avait plus besoin de soucier de grand chose. Juste profiter... Et de se méfier des flics, et de Valen. Il se doutait bien qu'il avait une idée derrière la tête, et il aurait aimé découvrir quoi.

« Je commence quand ? »

Rapide pour donner sa réponse ? Inutile surtout de cogiter sur une décision qu'il avait déjà pris depuis plusieurs jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Mar 3 Avr - 9:03

Enfermé dans une spirale sans fin qu'est la dépendance, et ce, depuis probablement quelques années déjà. Voilà la vie de ce jeune blondinet. Loin de là que Valen ait pitié pour lui. Au contraire, c'était grâce à des gens comme Ezekiel que son business fonctionnait, et que sa fortune grandissait toujours un peu plus. Alors jamais il n'essaierait de le raisonner. Déjà, c'était son choix, et ce n'était pas ses affaires - et surtout mauvais pour les affaires. A l'inverse, il préférait user de la tentation. Et il avait fait mouche avec ce petit paquet.
Il avait en effet accepté le marché. Ce qui élargit encore plus le sourire de l'homme - si tant est que c'était encore possible. Cependant il ne put s'empêcher de laisser s'échapper un petit rire à la question du jeune homme. Il le regardait trembler, le laissant dans l'attente un instant. Il l'avait même laissé reprendre la parole.

"Tu es pressé, apparemment." dit-il en s'adossant tranquillement contre le dossier du banc. "Mais je comprends, tu dois avoir besoin d'argent. Cependant..." reprit-il, l'air un peu plus sérieux, ou du moins plus professionnel. "Il va falloir attendre un peu que je te fournisse tout ce qu'il faut. Il faudra décider de ton secteur, aussi, parce que certains de tes "collègues" ne seraient pas ravis que tu leur voles leurs clients."

Effectivement, certains de ses dealers possédaient déjà une clientèle, alors si on venait marcher sur leur plate bande, ils réagiraient probablement mal. Pas tous, cela va de soi. Mais certains d'entre eux étaient des gens rustres. Si ça ne tenait qu'à lui, Valen les virerait sur-le-champ. Mais quand il voyait les 0 derrière les chiffres de ses comptes en banque, il ne pouvait que leur exprimer une certaine gratitude en les laissant en vie. De plus, ils étaient si faciles à manipuler. Quoiqu'il en soit, tous n'avaient pas un "territoire" à proprement parler. Certains allaient de droite à gauche. C'était peut-être un peu plus intelligent, ou du moins plus prudent, pour ne pas se faire prendre. De toute façon, le jeune homme pourrait faire comme bon lui semble. Il lui donnerait juste des indications. Mais pas trop non plus. Il n'était pas là pour lui mâcher le travail. Il allait falloir qu'il se débrouille, étudie le terrain, bref, qu'il fasse un peu ses preuves.
Valen repensa alors à la question du jeune Ezekiel. Il fixa le paquet, et lui dit:

"Comme je te l'ai dit, c'est un cadeau de bienvenu. Fais-en ce que bon te semble, il est à toi."

Il était sûr que son nouvel employé devait ressentir de l'impatience. L'impatience d'en consommer le contenu. Après, peut-être en vendrait-il un peu, qui sait ? Il y en avait probablement assez. Même s'il ne connaissait pas les doses dont il avait besoin. S'il était lui-même accroc - autre qu'à l'argent - il garderait sûrement ce présent. Avare comme il était. Mais justement, c'était bien parce qu'il était avare d'argent qu'en réalité, il préférerait le vendre. Mais comme il le lui avait dit, il en faisait ce qu'il en voulait. Qu'allait-il choisir ? Valen se le demandait vraiment. Jusqu'où allait sa dépendance ? Parce qu'en vendant ce paquet, il se ferait de l'argent - auquel son employeur, exceptionnellement n'y toucherait pas un sou.

"Je suppose quand même que tu sais quels risques tu encours, et que tu ne peux pas démissionner comme tu le souhaites." lui lança-t-il alors qu'il se remit en avant. C'était vrai. Ce "boulot", il était à vie. Ou du moins jusqu'à ce qu'on se fasse prendre. Il avait déjà du "virer" certains de ses employés pour beaucoup de raisons. Cependant, avec ce jeune homme, il sentait qu'il n'avait pas pris cette décision sur un coup de tête. On ne disait pas oui à une proposition pareille sans réfléchir... non ? Etait-ce alors de l'inconscience ? Ou de l'intelligence ? Peut-être les deux.

"Enfin, je suppose que tu sais déjà tout ça." finit-il par dire, sachant qu'il prenait déjà des risques en étant lui-même client.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 105
Age : 28
Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Mar 10 Avr - 8:50

Ez' savait qu'il était sur une pente savonneuse, mais il ne savait pas quoi faire d'autre. Il avait fini par croire que bosser comme tout le monde, ce n'était pas fait pour lui. Après s'être fait mainte fois refusé pour des postes dont il avait pourtant les compétences mais pas l'expérience, il avait fini par penser qu'il ne pouvait que s'en sortir de cette manière. C'était toujours mieux d'ailleurs, de vendre de la drogue que de devenir gigolo, non ? Bien qu'il se serait attardé sur une clientèle aisée et friquée. Il pensait bien qu'il n'aurait pas eu de mal à plaire à ses mecs bourrés de tunes qui ne demandaient qu'un peu de compagnie pour tuer la monotonie des journées. Il aurait sans doute pu faire carrière, cependant... Il ne savait pas combien de temps il aurait tenu. Il sombrait de plus en plus dans sa vie de débauche et ne faisait rien pour en sortir. Pourquoi le ferait-il ? Il n'avait pas d'entourage ; il faisait ce qu'il voulait quand il le voulait et personne se souciait de son existence. Il n'y avait personne pour lui dire qu'il devait arrêter la drogue, pour son bien, qu'il ferait mieux d'avoir une vie plus saine, qu'il devrait donc arrêter la cigarette et de coucher à droite à gauche. Il n'avait pas d'interdit et faisait comme bon lui semblait. Et puis, s'il venait à disparaître d'une overdose, personne n'en serait attristé. Peut-être même que son père serait ravi par cette nouvelle...

Pressé était pas le mot approprié à ses yeux. Impatient correspondait mieux et il aurait aimé être capable de contrôler son corps mieux que ça. Mais c'était plus fort de lui, la dépendance l'ayant rendu accroc à la cocaïne. Même s'il l'avait voulu arrêté, il n'aurait pas pu. C'était impossible. Il s'était enseveli dans ce monde depuis plus de trois ans déjà. Même lorsqu'il était au centre de redressement, il avait réussi à obtenir des doses. Il suffisait de savoir marchander... Il fourra le paquet dans sa poche tout en faisait attention de ne pas l'ouvrir par mégarde et sorti une autre cigarette afin de tenter de faire taire l'envie qu'il ressentait au fond de lui. Il savait déjà ce qu'il allait faire en rentrant à son appart. Mais d'abord, il devait écouter. Il n'avait pas obtenu cette dose gratuitement... Il venait simplement de vendre son âme au diable.


« Ça me pose pas de problème, j'attendrais les instructions. »

Il alluma sa clope, le regard dans le vide. Il connaissait à peu près les histoires de zones et il savait où trouver les dealers quand il avait besoin de sa dose. Bientôt, ce serait lui qu'on trouverait à ses quelques endroits et c'était lui qui devrait se montrer paranoïaque. Quand on était acheteur, on risquait moins que quand il dealait. Et, cette fois-ci, son père ne l'aiderait pas s'il se faisait chopper. Heureusement qu'il avait complètement changé de zone. Le manoir se trouvait à des kilomètres de l'endroit où il vivait, ce qui n'était pas plus mal, en un sens. Il souhaitait rester le plus loin possible de l'ancienne vie qu'il menait. Poussant un bref soupir, il porta la cigarette à ses lèvres, tirant une latte. Ce n'était pas aussi plaisant qu'un shoot de cocaïne mais au moins, cela avait un effet sur ses nerfs. La poudre blanche attendrait un peu... Il acquiesça brièvement, sachant déjà ce qu'il avait prévu pour une partie du cadeau. Après... Peut-être que s'entrainer un peu à la vente lui serait bénéfique, surtout pour gagner un peu d'argent pour pouvoir faire une avance sur le loyer qu'il devait. Son propriétaire le laisserait sans doute un peu tranquille s'il lui donnait un acompte. Le blondinet se mordit la lèvre inférieure, vérifiant que le paquet était toujours dans sa poche. On devenait un peu paranoïaque, quand on portait ce genre de consommable.

Il eut un petit ricanement, s'installant plus confortablement sur le banc, son regard s'évadant sur les enfants. Il savait tout ça, en effet. Il savait qu'il ne pourrait plus revenir en arrière maintenant et qu'il ne pourrait arrêter par envie. C'était un contrat à vie, ou du moins, jusqu'à ce qu'il se fasse prendre, chose qu'il n'espérait vraiment pas.


« Je connais la chanson oui. Je viens de vendre mon âme au diable, n'est-ce pas ? En tout cas, ça y rapproche. J'aurais pas penser par contre qu'il s'habillait en blanc. »

Il eut un bref rire, ne sachant pas vraiment si sa plaisanterie serait au goût de Valen. Sa nervosité était toujours présente et il ne savait pas vraiment quoi faire. Maintenant qu'ils étaient d'accord, est-ce qu'il devait filer ou rester là à taper la discut' ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Dim 22 Avr - 11:49

"Ca me pose pas de problème, j'attendrais les instructions." déclara son nouvel employé, d'un ton qui paraissait monotone. Son regard l'était tout autant.
Valen soupira légèrement quand l'odeur de la cigarette vint chatouiller son nez. Il n'était en effet pas du genre à fumer, trop vieux et trop avare pour dépenser des sous pour ça. Et puis, il avait un enfant, il se devait de ne pas l'empoisonner avec de telles choses. Pour sûr, il y tenait à son fils. Mais encore une fois, ce n'était pas le moment d'y penser.

Il resta donc silencieux jusqu'à ce qu'Ezekiel ricane, s'affalant sur le banc. Ses paroles eurent le même effet sur Valen, sauf que son rire était moins jaune, et bien plus terrifiant. Comment ne pas rire à ça ? C'était tellement amusant.

"Je t'apprécie, petit." lui dit-il, encore le sourire aux lèvres. Il adorait le cran qu'il avait, son humour et son sens des réalités dirons nous. Le jeune homme n'était pas bête, il savait qu'il ne pourrait se défaire de son emprise, mais il savait aussi qu'il avait besoin d'argent pour vivre. Et il faut dire que Valen le savait tout autant. Il le manipulait, jouait avec ses "sentiments", mais savait que l'autre était "au courant".
Ezekiel avait en effet vendu son âme au Diable en personne, car seul un chemin était tracé pour lui : celui que Valen lui dessinait. S'il déviait du sentier, c'était la mort assurée. Car Valen ne laissait personne s'échapper. Sauf qu'il ne se salissait pas les mains directement. Il était toujours hors des meurtres, hors des crimes qu'il commettait. Il savait juste bien manipuler les gens, et leur faire faire ce qu'il voulait, ou presque. Personne n'avait jamais eu de preuves contre lui, si bien qu'il n'était jamais inquiété. De toute façon, il y avait à peine des rumeurs à son sujet, qui disparaissaient presque aussi vite qu'elles avaient commencé. Valen détestait les rapporteurs.

"Quoiqu'il en soit, saches quand même que si tu te fais attraper, tu te retrouveras seul. A moins que tu fasses de si bonnes ventes, que je décide, dans un jour de bonté, de te faire libérer. Mais ça n'arrive presque jamais." annonça-t-il, cassant le silence et les rires des enfants. "Par contre, c'est à toi de faire attention, mais il faut quand même savoir que tu as une certaine protection. Je n'ai pas le temps de perdre des effectifs tous les deux jours. Donc si tu as besoin de certains "associés" qui fassent le guet pour toi, je pourrais t'en procurer."

Sur ces mots, il se pencha de nouveau en avant, son regard posé sur les enfants qui jouaient.

"Tu n'as vraiment plus aucun contact avec ta famille ?" finit-il par lui demander, sachant que le sujet était un peu tabou. "Est-ce que tu aimerais te venger d'eux ?"

Cette question sérieuse était posée avec une certaine légèreté, accompagnée d'un sourire en coin. Valen espérait que la haine qu'éprouvait Ezekiel était assez grande pour que ça puisse être intéressant. Il avait déjà quelques idées en tête, mais ne lui en ferait pas part pour l'instant. Il préférait attendre sa réaction, qu'il ne souhaitait pas trop violente.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 105
Age : 28
Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Mar 5 Juin - 9:58

Ez' arqua un sourcil, sa cigarette entre ses lèvres. Il l'appréciait ? Le jeune homme ne savait pas s'il devait se sentir flatter ou inquiet. Un compliment de la part d'un type comme Valen, cela n'annonçait rien de bon. Et puis, il n'était pas évident de savoir si cela était réel ou non. Avec le sourire affiché, il était fort probable que ce ne soit qu'un mensonge, ou alors une technique d'approche pour que le jeune homme baisse sa garde. Il restait néanmoins vigilant, au cas où. Il venait de se foutre dans un bourbier duquel il ne se sortirait pas de sitôt. Mais son choix était réfléchit et après ces deux mois de recherches intensifs de travail, il n'avait plus le choix ; il fallait qu'il gagne de l'argent s'il voulait continuer à vivre. Et puis... Le mac avait sourit à sa blague, tout de même. Il ne l'avait pas incendié, dénigré ou tué. Pour la dernière, cela aurait été difficile vu l'endroit où ils se trouvaient... Quoi que pas forcément impossible. Avec un bon sniper, tout était possible. Et quand on avait de l'argent comme le diable en blanc, il était facile d'engager un tireur d'élite parfait. Bref. Tu t'égares là, Ezou. Ne pas trop réfléchir, sinon ça t'attirera des ennuis... mais pas non plus trop faire au feeling. Le mieux était de trouver le bon équilibre.

« Compris. Je saurais être discret, je me ferrais pas chopper. Je verrais bien si j'ai besoin d'aide ou non... Pour le moment je ferais sans. J'ai déjà une idée de par où commencer... »


Il connaissait le monde de la nuit, et il s'était souvent fait des réflexions sur « là, ce serait bien qu'il y ai un dealer pour s'amuser un peu ». Il suffisait juste de faire attention aux flics, ce qui n'était pas compliqué en soit. Squatter un bar/boite de nuit gay n'était pas surprenant de sa part. Il était là bas toutes ses soirées quasiment et il savait que les homo' étaient de bons clients capables d'être bien plus discrets que les hétéros. Ils étaient tellement habitués à cacher leurs orientation sexuelle pour la plupart que cacher leur consommation illicites n'était pas un problème. Un léger sourire sur ses lèvres, il était persuadé qu'il serait un bon dealer et qu'il y avait de bonnes chances qu'il rapporte gros à Valen. Faisant déjà partie du monde de la débauche, il savait parfaitement comment effectuer ses transactions en toute discrétion. Il eut un rire nerveux et léger, pensant qu'il avait encore plus de chances avec les mecs. Ouais, c'était vraiment tout bénéf' pour lui.

Néanmoins, son sourire disparut aussitôt que le sujet de sa famille fut abordé. Il ne s'était pas attendu à un tel virement de situation et son regard se posa indéniablement sur l'homme. Il se renferma quelque peu, se tassant sur le banc en regardant ensuite les enfants. Il continua de fumer sa cigarette jusqu'à ce qu'elle soit totalement consumé et l'écrasa avec son talon avec une certaine hargne qu'il avait du mal à dissimuler.


« J'ai revu ma sœur et le pot de peinture qui me sert de mère au centre commercial. Rencontre fortuite. Kana est cool. Mais l'autre connasse... » Il grinça des dents, serrant ses poings. Elle, qu'il détestait tant. Il voudrait bien la voir morte, tiens. Il ne serait pas attristé pour un sou, au contraire. Le seul point noir était que sa sœur risquait d'être détruite, ce qu'il ne voulait pas. Malgré leur relation ambigu, il l'appréciait. Bien plus qu'il ne pourrait l'admettre. Sa tête se redressa soudainement alors qu'il réagissait enfin à la question qui lui avait été posé. « Me venger ? Comment ça ? De quelle manière ? »

Il était intéressé, mais soucieux aussi. Il n'arrivait pas à savoir ce que le Diable avait en tête et il était incapable de le découvrir tant qu'il ne lui avait pas dis explicitement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Ven 15 Juin - 20:33

Le jeune homme semblait docile et vraiment intelligent. Quoique, peut-être était-ce de l'inconscience ? Voire les deux. Après tout, l'un peut aller avec l'autre.
Valen voyait en Ezekiel un sujet réellement intéressant, dont il mettrait du temps à se lasser, et qu'il pourrait utiliser pendant longtemps. Le fait qu'il savait déjà par où commencer l'intriguait, et même, l'excitait. Il avait bien fait de s'intéresser à son cas. Et, satisfait d'avoir encore - selon lui - raison, il manifesta cette fierté par un sourire qui s'étirait jusqu'aux oreilles, cachant ses dents - auquel cas cela pourrait effrayer les enfants.

Du coin de l'oeil, il remarqua que le jeune homme avait lui, au contraire, perdu son sourire et en restant silencieux, apparemment abasourdi par sa dernière question. Cependant, Valen attendit patiemment, préférant laisser un silence pesant, presque palpable s'installer, jusqu'à ce qu'Ezekiel daigne ouvrir la bouche non pour expirer de la fumée, mais pour émettre des sons.

"J'ai revu ma soeur et le pot de peinture qui me sert de mère au centre commercial. Rencontre fortuite. Kana est cool. Mais l'autre connasse..."

Rien qu'à ces mots, Valen se doutait qu'il n'était pas en bon terme, pour le dire plus gentiment, avec ses parents. Bien qu'il le savait déjà. En même temps, il aurait fallu être aveugle et sourd pour ne pas s'en douter. Sa remarque, cependant, réussit à lui faire lâcher un autre rire. La haine que son nouvel employé éprouvait pour ses parents le faisait jubiler de plaisir. Il le laissa pourtant reprendre la parole, non sans une lueur dans le regard qui trahissait sa perfidie, bien que ses yeux soient cachés par ses lunettes aux verres teintés.

"Ne t'inquiètes pas, commença-t-il, tout en levant un bras pour lui faire signe de se détendre. Je me demandais juste si voir faire faillite ton père te plairait, rien de plus" reprit-il sur un ton de légèreté. Ca pouvait paraître insensé, ou juste des paroles jetées en l'air, d'autant plus que son sourire et sa manière de parler mettaient le doute, mais il était bel et bien sérieux.

"Nous n'y sommes pas encore, de toute façon. Je veux d'abord voir ce que tu vaux"

Et si je ne devrais pas te tuer, pensa-t-il.

Il tendit alors sa main vers Ezekiel. C'était une manière de conclure le contrat. Ou le pacte, selon les points de vue.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 105
Age : 28
Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   Lun 2 Juil - 9:20

Il avait toujours pensé qu'il retournerait un jour dans le monde du deal. Même si la première fois, cela n'avait été que pour attirer l'attention de son père sur lui et voir où était ses limites. Il les avait trouvé ; le vieux avait enfin fini par le mettre à la porte. Il devait sans doute se comporter comme s'il n'avait jamais eu de fils, tout en faisant regretter à ceux qui lui rappelait qu'il était le paternel d'Ezekiel. On ne pouvait pas dire que la chair de sa chair était le prétendant parfait. Loin, très loin de là. Sa sœur correspondait bien plus à la fierté qu'on se faisait d'une descendance. Mais ça, le blondinet s'en foutait comme de l'an quarante. Il n'y avait que son existence qui comptait et s'il était possible de pourrir la vie de son père, il s'en donnait à cœur joie. Aujourd'hui, la différence était qu'il avait besoin d'argent pour continuer à se droguer comme il le faisait, pour pouvoir continuer à vivre sous un toit et ne pas se retrouver à la rue. Parce que s'il ne payait pas bientôt son loyer... Il allait avoir de sérieux problème. Et comme il était hors de question qu'il retourne squatter chez l'une de ses conquêtes, dealer était la meilleure solution à ses yeux. Une solution de facilité peut-être, mais une solution tout de même.

Ses parents. Ses deux connards qui l'avaient mis au monde. Parfois, il pensait qu'ils auraient pu s'abstenir. De l'autre, cela aurait été dommage ; il n'aurait pas pu pourrir leur vie comme il l'a fait jusqu'à présent. Personne ne pouvait être fier de l'avoir comme fils et Ez' se donnait corps et âme pour qu'on continue à penser de cette façon. Un drogué dealer n'avait rien à faire dans une famille de bourgeois. Il n'en avait pas les manière, bien qu'il avait été éduqué dans ce sens. Mais il avait ignoré son éducation pour n'en faire qu'à sa tête. Il se retrouvait donc dans ce parc, un sachet de poudre blanche dans ses poches en compagnie d'un mec à la tête d'un des plus gros trafic de drogue. Et qui en plus lui proposait de ridiculiser ses parents ? Le blond en resta sans voix. Il cligna des yeux, observant Valen. Était-il vraiment... Sérieux ? Ou le faisait-il marché ? Ce ne serait pas étonnant. Il était bien trop difficile de faire confiance à ce genre de type. Le rire qu'il avait lâché n'était en rien rassurant. Les paroles le laissèrent perplexe et il se lança dans une réflexion intense. Que son père fasse faillite... Ses mots résonnaient agréablement à ses oreilles. Un sourire mauvais se dessina sur ses lèvres.


« Pas de problème. Je serais à la hauteur. »


Son regard démontrait sa motivation. Il n'y avait rien qui aurait pu lui faire plus plaisir. S'il faisait bien son boulot, il aurait la possibilité de se venger une fois encore de son paternel. L'idée l'enchantait. Il savait parfaitement que c'était aussi un moyen pour le Diable de le motiver à faire son travail. Et puis, sans doute, désirerait-il quelque chose de plus si jamais il arrivait réellement à faire couler l'entreprise « familiale ». Ezekiel savait parfaitement que rien n'était gratuit et qu'il s'engageait dans un monde bien plus dangereux que celui auquel il appartenait actuellement. Mais il savait ce qu'il faisait. Avait-il vraiment le choix, de toute manière ? Il regarda un instant la main tendu vers lui. Il n'hésita pas ; il la serra, une poigne forte démontrant sa motivation. Ses yeux brillaient d'une lueur malsaine qu'il possédait que rarement. Ce n'était pas dans sa nature. Mais là, tout était différent. Il pourrait faire couler Keith, le faire tomber dans l'enfer dans lequel lui-même avait sombré par sa faute. La vengeance est un plat qui se mange froid.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Love Informations


MessageSujet: Re: Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une proposition qu'on ne peut pas refuser [PV Ezekiel O'Donnell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
love-communication.com :: 
La Vraie Vie
 :: Parcs et Jardins publiques
-