Cliquez nous ♥



Contextualisons o/
www.love-communication.com est le site de rencontre le plus célèbre à travers la toile. Bien que crée depuis peu, il a vu sa popularité augmenter au fil des mois, devant le leader dans son genre.
Le principe est simple. Une inscription rapide et gratuite et on est connecté à toute une communauté de personnes qui ne cherchent qu'à faire des rencontres, amoureuses pour la plupart, mais pas que ! Une des particularité de ce site est bien sa multiple possibilité de recherche, ici plus d'homme qui cherche une femme ou une femme qui cherche un homme, toutes les combinaisons sont possibles !
De plus en plus, ce site devient un phénomène de société, ne se limitant pas aux célibataires aguéris, mais à toutes les castes de la société, de l'adolescent pour contacter ses amis à ce père de famille en mission espionnage des membres de sa famille...
Soyez branchés et rejoignez notre communauté !

En lire plus ?
• Forum RPG Yaoi/Yuri/Hétéro autorisés, NC-15 •
THE Dream Team *parce-qu'on vend du rêve*
Les Top-Partenaires
➨ V2 du forum mise en place, venez vous renseigner sur ce qui a changé en détail ICI o/
Prédéfini cherche membre ♫



 


Partagez | 
 

 Toi et moi, on a évité le pire ! {Jiro & Jesse}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Messages : 334
Love Informations


MessageSujet: Toi et moi, on a évité le pire ! {Jiro & Jesse}   Lun 6 Fév - 15:13

Spoiler:
 

Comme tout les vendredi après-midi, Jesse rentrait tranquillement chez lui. Enfin, tranquillement était un bien grand mot lorsqu'on filait à plus de 80 km/heure déjà, ce qui était plutôt élevé si on prenait compte de l'heure et du fait qu'il soit en centre ville. Mais ce jour là il était pressé et n'avait pas le temps, ni de ralentir, ni d'être raisonnable. Il s'était un attardé à la fac alors qu'il avait son cours de capoeira et plus que tout, il n'aimait pas être en retard. Sans compter le fait qu'il aime la vitesse et sentir le vent dans ses cheveux. Non, il ne portait pas de casque, l'imprudent. Et il n'avait même pas fermé son blouson en cuir dans sa précipitation.
Il slalomait entre les voitures, s'arrêtant à peine aux feux rouges. La pensée fugace que si son père le voyait en ce moment même ne serait pas content du tout le fit presque sourire ; encore heureux il n'en saurait rien ! Et puis il était adulte de toute façon, il assumait ses actes.

Il arriva à toute vitesse dans un croisement avant de s'engager dans une rue plus étroite que le grand boulevard qu'il traversait. Jusqu'ici il n'avait rien eut de particulier à noter. Enfin, jusqu'à ce qu'une silhouette imprévue se mette sur son chemin !

Prit de panique il tira un grand coup sur la manette de frein, dérapant vers la gauche, essayant de s'arrêter avant la collision. Et il réussit presque. Mais presque n'était pas assez ; dans sa manœuvre il avait donné un coup de roue arrière dans la jambe de sa... victime. Rien que de penser ça lui donnait des frissons. Le choc du coup avait fait perdre l'équilibre à la pauvre personne qui s'était retrouvé sur sa route et Jesse descendit de sa moto plus vite qu'il ne l'avait jamais fait, la laissant même au milieu de la route traversant les quelques mètre qui le séparait de l'autre, les mains tremblantes de peur.

Mort d'inquiétude, il se pencha vers le garçon, un lycéen, reconnu t-il grâce à l'uniforme étant donné qu'à une époque il eut le même, et lui prit la main, seul chose qu'il osa agripper pour le secouer si jamais il perdait connaissance. Il préférait d’emblée voir les pires scénarios pour pouvoir aviser ensuite. Mon dieu, c'était horrible, il était horrible, ne put s'empêcher de penser le brun en priant pour qu'il ne se soit pas cogner la tête, les commotions cérébrales, ce n'était jamais bon signe.

« Est-ce que ça va ? », s'enquérrit-il avec la voix qui tremblait légèrement d'anticipation et de désarroi, sans compter le sentiment de culpabilité qui devait se lire sur son visage et faire briller d'inquiétude ses yeux verts. « Oh, je suis vraiment désolé ! », continua t-il très sincèrement. Il se passa sa main libre sur ses yeux se morigénant intérieurement. Puis demanda pour être sur :

« Vous avez mal ? Est-ce que vous voulez que je vous emmène à l'hôpital ? »

Jesse voulait vraiment faire son possible pour se 'racheter' entre guillemets ou tout simplement de pas aggraver la situation. D'un coup d’œil avait étudié le physique du garçon au sol, et en avait conclu qu'il n'était vraiment pas très grand (au moins vingts centimètres de moins que lui!) et qu'il ne devait pas être plus lourd qu'un plume. Il avait alors fini par décréter que si il le fallait il le porterait jusqu'à l'hôpital le plus proche qui n'était pas si loin que ça, environ deux-cent mètres seulement. Au moins il serait sur que tout va bien ! Mais comment avait-il pu être si idiot ! Il en crierait d'énervement contre lui même si il n'y avait pas eu un témoin...

_________________


Spoiler:
 
Merci pour le vava cadeau Ambrinette ♥️ >this<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

Love Informations


MessageSujet: Re: Toi et moi, on a évité le pire ! {Jiro & Jesse}   Lun 6 Fév - 18:52

Je venais de finir cours et j'étais... pas crevé. La plupart des gens auraient pu aller se jeter dans leur lit douillet et faire semblant d'étudier mais moi, je préférais passer un peu plus de temps dehors et m'amuser à flâner à travers les rues de la ville qui gorgeait d'animation à cette heure-ci bien qu'il faisait terriblement froid. Je soupirai dans un élan d'émotion et sautai la dernière marche qui menait à la rue.

Enfaite, pour arriver à l'école quand on venait à pied, il fallait monter un escalier qui était quand même couvert de marches comme le lycée surplombait un peu la ville. J'aimais mon école si l'on puis dire ça, même si ce n'est pas marrant d'étudier, qu'est-ce que je ferai bien sans elle non ? Je souris et commençai à marcher d'un pas entrainé.

Je m'arrêtai devant la patisserie la plus proche et comtemplai par la baie vitrée les magnifiques pêchés-mignons qui se pavanaient devant moi. Un chinois fourré à la crème au chocolat me narguait alors qu'une tartelette aux fraises (non de saison) me faisait un clein d'oeil imagé... Quand on penchait légèrement la tête, on pouvait même voir les étincelles de sucre qui fusaient dans tout les sens.

Je restai un moment là avec de secouai la tête et de continuai ma promenade d'un air jouet. Je m'arrêtai au magasin de jeux vidéos pour regarder un peu ce qui allait sortir, puis aller chercher des rouleaux de pansements pour mes futurs entorses. Je glissai le paquet dans mon sac de cours qui était déjà bien remplie puis continuai.

Malheureusement, la ville n'était pas un hâvre de paix, je bousculai quelqu'un sans le faire exprès et il se retourna d'un air noir et mauvais. Vu sa tête aussi, il s'approcha de moi sans que je n'y fasse attention et attendit que je le remarque d'un air supérieur. Quand je pris enfin conscience de sa "présence", je soupirai lentement en me demandant si les gens avaient un problème de nos jours.

« Pardon, je ne faisais pas attention !»

Il voulu dire quelque chose du genre "Ouais, bah je vais t'apprendre certaines choses" mais je m'enfuis discrètement en ne le laissant même pas commencer sa phrase. Sans regarder devant moi, je m'engageai sur la route pour traverser. Un peu pris de peur quand même car on ne sait jamais à qui on a faire. Je pensai être sorti d'affaire quand j'entendis un bruit qui se rapprochai à grande vitesse. Ne remarquant pas que j'étais au milieu de la route, je me demandai d'un air perplexe d'où ce bruit venait. Ca s'approchait.

D'un geste brusque, je tournai la tête vit la moto le temps d'un dixième de seconde. J'écarquillai les yeux et voulut crier quelque chose à ce fou, quoique, ça devait être moi le fou. Bizarrement, je n'eus pas de réaction, je ne pus bouger... Et l'impact se fit. Le choc était une violence assourdisante pour ma jambe. J'avais l'impression d'être dans les étoiles, je m'écrasai au sol, complètement déboussolé et la jamabe qui m'envoyait des décharges de souffrances. Wouah, question journée magnifique qui trépasse très vite, je gagnais le gros lot !

Toujours complètement dans les vapes pour ma part, le garçon s'approcha de moi d'un air mort d'inquiètude. J'essayai d'au moins me relever légèrement mais ça me faisait terriblement mal. Finalement, c'est lui qui me prit la main et m'aida à me relever. Ce qui ne fit qu'en pirer les choses, je m'appuyai sur lui et gémit de douleur. Mais quel boulet ! On ne relève pas quelqu'un qui vient d'avoir un choc avant d'avoir vérifier s'il avait ses membres en bon état. Mais, je ne puis même pas parler.

« Est-ce que ça va ? »

« Oh, je suis vraiment désolé ! »

Je pensai d'un air corrompu "Bah tiens !"

« Vous avez mal ? Est-ce que vous voulez que je vous emmène à l'hôpital ? »

Je n'eus même la temps de répondre que je vomis d'un air dégouté autant pour moi-même que pour celui qui devait assister à ça et m'évanouit contre l'épaule du garçon aux cheveux chatains et yeux verts luissants d'inquiètude.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 334
Love Informations


MessageSujet: Re: Toi et moi, on a évité le pire ! {Jiro & Jesse}   Ven 13 Avr - 18:55

Tout s'était passé très vite. Il n'arrivait d'ailleurs toujours pas à réaliser ce qui était vraiment arrivé. Il avait encore beaucoup de mal à y croire, comme si sous le choc de l'accident, il était sorti de son corps. Il se serait bien penché plus longuement sur la question, mais il avait tout de même une victime à aider. Il s'en voulait tellement ! Si seulement il avait fait plus attention !

En tentant de relever le jeune lycéen Jesse du lui faire encore plus mal, à la vue de son expression faciale. Ce qui le fit encore plus culpabiliser. Il lui arrivait de parfois être débrouillard, mais l'autre partie du temps, il était un vrai boulet, ne put-il pas s'empêcher de penser. Aussitôt eut-il aidé l'autre qu'il le vit basculer en avant, droit sur lui, ce qui n'arrangea absolument pas la situation, comme il l'avait voulu au départ. Le jeune homme qu'il avait bousculé n'avait plus l'air en état de faire quoi que ce soit. Peut-être de régurgiter par contre, ce qu'il fit avant de perdre connaissance, à la plus grande horreur du châtain.

« Bon sang ! », s'exclama t-il avant de vérifier que le garçon dans ses bras respirait toujours. D'après lui, il valait mieux vérifier. Jesse se retourna ensuite vers les passants, notamment ceux qui s'étaient arrêté pour regarder la scène, les transformant en bêtes curieuses : « C'est bon, il respire ! », dit-il avec un soulagement palpable.

Bon, et bien le voici avec un poids mort à porter. Il ne le connaissait ni d'Eve ni d'Adam, c'est à dire qu'il ne connaissait pas son nom, son adresse ou un numéro qu'il pourrait composer. Il avait proposé de l'emmener à l'hôpital comme cela, mais de la à en avoir vraiment besoin, il y avait un fossé.
Enfin, il n'allait pas l’abandonner là, au milieu de la rue non plus. Il lança un regard à son visage assez pâle sur le moment et il s'en voulu encore plus. Se débrouillant comme il le put, Jesse retira son blouson de cuir et le passa prestement sur les épaules plus fines du lycéen. Puis à la suite du mouvement, il raffermit sa prise, un bras sous les genoux et l'autre dans le dos du garçon. Il n'était pas bien lourd, mais il faisait quand même son poids l'animal ! Pendant un instant, il fronça les sourcils et en félicitant mentalement d'avoir des biceps en acier.

Tout au long du trajet il garda un rythme assez soutenu, au cas où sa pauvre victime aurait besoin de soins d'urgence. Et puis trottiner avait l'avantage de lui vider la tête, ce dont il avait bien besoin sur le moment parce que sinon il n'arrêterait pas de se morigéner intérieurement, ce dont il n'avait pas besoin, étant déjà assez inquiet.

Arriver devant les portes du bâtiments Jesse se sentit un peu plus soulagé. Il entra en grand fracas et hurla :

« Vite aidez moi ! On a eu un accident de la route, il est blessé !! »

Il était clair que dans la situation actuelle, il grillait la priorité aux premiers arrivés, affolant les médecins et infirmière qui à l'expression 'accident de la route' s'attendaient à bien pire. Mais il n'en avait que faire, l’adrénaline qui lui passait dans le corps depuis le dit accident n'était toujours pas bien retombée, le gardant dans une sorte d'état second où il n'avait plus la même perception de la réalité.

Très vite le jeune inconnu fut prit en charge et le châtain insista très fortement pour ne pas le quitter. Tellement fortement qu'on lui céda. Ce fut donc lui qui répondit lorsqu'on lui demanda les faits de l'accident, qui était la victime (il ne put que donner son établissement scolaire) et qui était responsable, c'est à dire lui même. Autant dire qu'il n'en était pas fier du tout. Après tout, il n'était pas passé loin de la pire connerie de sa vie. De cette manière, il avait été énormément soulagé lorsqu'on lui avait dit que le garçon qu'il avait heurté aurait un bonne bosse à la tête et une jambe surement cassée.

Il fut donc tout de suite emmener et couché dans un lit d'hôpital au moins le temps qu'il reprenne connaissance, ce qui ne devrait plus trop tarder d'après le personnel soignant. Pendant ce temps là, Jesse avait prit une chaise qu'il avait rapproché du lit du patient. Les mains sur les genoux, il se demandait ce qu'il pourrait bien lui dire. 'Hey salut, je suis le type qui t'est rentré dedans aujourd'hui tu te souviens de moi ?', ironisa t-il.

Trépignant sur sa chaise depuis vingt bonnes minutes sans changement, il n'en puis plus et se leva prestement nerveux comme jamais. Puis-ce qu'il était debout il décida d'aller chercher quelque chose à boire, histoire d'occuper le temps. Temps qui avait bien passé par le même occasion : il était presque vingt-et-une heure. De retour dans la chambre à la porte notée d'un 205, il reprit sa place et il prit son téléphone portable qu'il sortit de sa poche et envoya un texto tant bien que mal (n'étant toujours pas très à l'aise avec la technologie et les smartphones) à son père pour le prévenir et lui demander de récupérer son deux roues si il le pouvait.
C'était quand même fou tout ça : ce n'était que maintenant qu'il pensait enfin au fait qu'il ait abandonner sa belle moto, son bébé, sur la chaussée. Aujourd'hui n'était vraiment pas sa journée...

_________________


Spoiler:
 
Merci pour le vava cadeau Ambrinette ♥️ >this<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

Love Informations


MessageSujet: Re: Toi et moi, on a évité le pire ! {Jiro & Jesse}   Lun 14 Mai - 15:40

Mon dieu, la seule chose qu'il avait envie de faire à ce moment-là, c'était d'envoyer valser l'autre zinzin et son monstre de fer chez les nones pour qu'on lui apprenne déjà à penser à autre chose qu'à lui. Non mais il se croyait tout permis sur la route, se sentant seul ? Ce type l'énervait au plus haut point. Mais il n'eut pas le temps de lui dire qu'il vomit et s'évanouit, sombrant ainsi dans le côté rêveur. J'essayais de résister et d'articuler quelque chose m'est je n'en eu pas la force, comme si on m'avait éteint comme un jouet. Ou là, j'étais plutôt un jouet cassé. Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé. Peut-être une minute, une heure m'est ça me parût dans mon sommeil une éternité. Une douce chaleur me réconforta soudain, c'était vrai que j'avais l'impression d'avoir froid. Je souris faiblement dans mon sommeil.

Peu à près..

Au bout d'un moment, je commençai à m'agiter doucement. C'était vraiment confortable puis doucement j'ouvris un oeil puis l'autre. Je sentis que ma tête été comprimé et ça faisait un peu mal. La dessein des choses qui m'entourait m'apparu enfin clairement. J'étais dans une chambre hôpital. Je regardai autour de moi la pièce blanche et remarquai qu'il faisait déjà nuit. Je clignai des yeux et m'agitai un peu me demandant si je n'avais pas été kidnappé au final par ce gars, peut-être était-ce un violeur ? Après tout, sa tête ne m'inspirait pas du tout confiance. C'est alors que je le vis, calai dans sa chaise. Le visage perdu dans le vague. Bon okey, il était devant moi et semblait calme et sain d'esprit (d'apparence), ce n'était donc pas un violeur. Et l'équipement qui m'entourait me confirmait bien cela. Je me mordillai la lèvre inférieure et me penchai pour passer une main devant ses yeux pour qu'il se réveille, en me penchant, je sentis la pression de mon baxter et me résignai.

Je sortis alors pour mon téléphone portable, au pire, autant le sortir de sa rêverie de manière brutale. Peut-être fera-t-il une crise cardiaque ? Je pianotai rapidement et trouver une alarme bien cinglante et mis le son au maximum puis doucement, j'approchai le combiné de son oreille et d'un geste fort, appuyé sur la touche "Play" pour lui renvoyer l'ascenseur. Bizarre... rien. J'examinai l'écran et vit que la batterie était vide. Chance, c'était bien mon jour aujourd'hui. Je me recalai contre mon dossier et soupira, boudant légèrement. Puis jetai un coup d'oeil à mes bras, j'avais quelques ecchymoses légers, passai une main sur le bandage qui cerclait ma tête puis pris une grande inspiration.

«BOUHHHHHHHHHHHHHHH !!!!! »

Le châtain sursauta et je ris ironiquement, me disant que c'était bien fait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Love Informations


MessageSujet: Re: Toi et moi, on a évité le pire ! {Jiro & Jesse}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Toi et moi, on a évité le pire ! {Jiro & Jesse}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
love-communication.com :: 
Y a pas que le RP dans la vie
 :: Archives :: Anciens RP (+6mois)
-